Les principes de base en budgétisation d’un projet d’ingénierie

Portrait of Felix Nadar (1820-1910), Photographer and Aeronautical Scientist

Le contexte du blog  ne permettant pas  la diffusion d’un document lourdement détaillé, la finalité présente est donner quelques lignes directrices quant à cet exercice délicat qu’est la détermination d’un budget.

  • Le projet s’inscrit-il dans  une série de projets déjà livrés ? Auquel cas,  l’historique des projets similaires livrés constitue une source de références particulièrement intéressantes. Par exemple,  je dois  réaliser  les études pour automatiser une chaine de montage d’un producteur de conserves alimentaires, domaine que je connais-bien pour avoir livré de nombreux projets dans ce secteur industriel. Dans cette optique les post-mortems offrent de  multiples informations quant aux risques inhérents au futur projet et par conséquent permettent une approche budgétaire réaliste.
  • Le client est-il existant, le connait-on bien ?  L’ historique des relations permet de mieux cerner le contexte du projet à venir,  de mettre en évidence les points potentiellement épineux, de définir les ressources et l’infrastructure organisationnelle requise pour mener à bien le projet.
  • A défaut, (mon entreprise de conseil en gestion environnementale qui  travaille habituellement sur l’assainissement de sols en milieu rural, se voit confier un projet d’assainissement de zone portuaire), il conviendra d’intégrer le facteur de risque dans le calcul du budget en prévoyant une majoration des estimations du temps requis et des dépenses attendues.
  • La prochaine étape visera à lister  dans le détail l’intégralité des tâches qui vont constituer les activités à mener pour livrer le projet.
  • Une fois ces tâches listées on assignera de façon judicieuse, en fonction de l’expérience et des qualifications professionnelles, nos ressources (par exemple pour une tâche de moindre importance, ne requérant pas une expérience particulière on assignera plutôt un technicien qu’un ingénieur, ou un ingénieur junior plutôt qu’un sénior. Ainsi on limitera notre coûtant ).
  • Pour chacune des tâches on estimera ensuite le temps requis en tenant compte d’éventuels aléas et impondérables (majoration sur taux, ou heures additionnelles), de même que les dépenses envisageables ( incluant les éventuels sous-contractants).
  • Les tâches, si elles sont multiples, seront ensuite regroupées en une architecture de projet en phases que l’on pourra diviser en sous-phases et éventuellement continuer à les décliner en sous phases.

Le budget  ainsi réalisé se présente comme un ensemble de sous-budgets élaborés dans le détail, chaque phase ou activité, étant en quelque sorte un sous-projet.

De cette façon, le contrôle du budget d’un projet ainsi morcelé sera optimisé, et permettra un suivi quasi en temps réel.  Un logiciel non pas de gestion projet, mais de gestion de coût de projet, est par conséquent particulièrement recommandé pour l’élaboration de budgets et leur suivi.

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :